Connect with us

ITW

Robinio Mundibu : << Les albums sont importants dans une carrière >>

Donald

Publié il y a

le

par

Dans un de nos précédents articles, nous parlions de la carrière de Robinio Mundibu en faisant une fixation sur la sortie du disque intitulé ” Noir et Blanc “. Un projet dont la sortie est attendue sur le marché depuis bientôt trois ans. Au Congo ( RDC ), pays dans lequel Robinio Mundibu évolue, cette actualité fait couler beaucoup d’encre et de salive, comme nous le disions dans un article qui ressortait les dires de l’artiste sur le sujet, dans une interview publiée par le magazine Jeune Afrique au mois mai. Disposé à répondre aux questions qui tourmentent son public, la star congolaise a décroché son téléphone pour échanger avec notre la rédaction.

Akumradio ( AKR ) : Que répondez vous au public qui attend impatiemment la sortie de l’album intitulé ” Noir et Blanc ” ?

Robinio Mundibu ( RM ) : Cette question revient très souvent. La sortie de l’album accuse un retard, je m’en excuse une fois de plus. Et je profite de cette occasion pour dire à mes fans gabonais et africains de faire preuve de patience.

AKR : Dans le magazine Jeune Afrique paru au mois de mai 2021, vous disiez ” que vos singles pèsent autant qu’un album “. Est-ce à dire que la sortie d’un album n’est pas si importante pour vous ?

RM : Par cette petite pique, je voulais tout simplement faire comprendre à mes fans et aux détracteurs que je prends le temps de bien faire les choses. C’est la raison pour laquelle mes singles sont couronnés de succès. Les albums sont importants dans  une carrière. Ils sont une sorte de carte d’identité pour les artistes. J’aurai bientôt la mienne !

AKR : Vos musiques sont beaucoup plus Afro que Rumba, contrairement à la grande majorité des  artistes Congolais. Pourquoi cette démarcation ?

RM : J’aime la musique qui bouge. Étant inscrit dans cette logique, je ne peux pas me limiter à faire de la rumba. Retenez que Robinio est dans l’afro et tous les autres rythmes qui bougent.

AKR : Avez-vous adopté ce style depuis vos années Wengue Musica Maison Mère ?

RM : Je suis né dans le ndombolo. Cette musique qui fait la fierté du Congo est très dansante. Amoureux de cette musique, j’ai fait le choix d’intégrer Wengue Musica Maison Mère parce que cet orchestre était dans le même délire. On peut donc dire par conséquent que tout part Wengue Musica Maison Mère.

AKR : C’est ce style que vous allez offrir à vos fans dans l’album à venir ?

RM : Oui, ça va bouger !

AKR : On peut dire en un mot que vous êtes polyvalent ?

RM : Je touche à tout. Vous aurez l’occasion de le découvrir dans l’album qui arrive.

AKR : Des collaborations dans ce projet ?

RM : Oui, mais je ne peux vous en dire plus pour le moment.

AKR : Un mot à l’endroit de vos fans gabonais ?

RM : Je sais que ma musique passe bien au gabon. Ce pays chaleureux m’a reçu avant la période Covid pour un merveilleux spectacle. J’en garde de très bons souvenirs. Au public gabonais, je dis merci pour l’amour qu’il me témoigne.

Mihi…

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ITW

Queen Fumi : << Ma nouvelle chanson qui est dans un style afro pop plaît à un public qui n'est pas exclusivement béninois >>

Donald

Publié le

le

par

Très connue dans son pays natal ( le Bénin ) et dans certains états  africains comme le Gabon et Cameroun, Queen Fumi est depuis quelques années un talent qui construit peu à peu sa carrière. Plutôt discrète ces derniers temps, la chanteuse a récemment signé son retour avec un nouveau titre, M’bebe. Faisant l’actualité par le biais de cette exclusivité, l’artiste a beaucoup à dire aux mélomanes. C’est pourquoi notre rédaction a accordé un entretien à la chanteuse qui vit actuellement à Montréal au Canada.

AkumRadio ( AKR ) : Comment se porte Queen Fumi ?

Queen Fumi : Queen Fumi va très très bien. Elle est en bonne santé physique et mentale. Elle a été absente durant près d’un an de le scène musicale. Mais, elle revient peu à peu avec beaucoup de projets et beaucoup de d’enthousiasme. En un mot, Queen Fumi est en très bonne forme.

AKR : Comment le public africain reçoit votre nouveau titre, M’bebe ?

Queen Fumi : Je crois et je constate qu’il l’a très bien reçu. Je ne sais pas si cela est dû à mon absence ou s’il est lié à l’histoire que je raconte dans la chanson.

AKR : Les retours sont plutôt encourageants ?

Queen Fumi : Absolument, je suis même étonnée et épatée. En tout cas, les statistiques par rapport au projet précédent sont vraiment meilleures et je ne peux que remercier le public pour cet accueil chaleureux qu’il a pu réserver à ” M’bebe “.

AKR : Pensez-vous que ce titre peut vous permettre de toucher un nouveau public ?

Queen Fumi : Un public nouveau, j’en touche tous les jours. Et c’est ainsi depuis le début de ma carrière. Je crois que la sortie d’un nouveau titre permet toujours aux artistes d’avancer un peu plus vers un public différent. Ma nouvelle chanson qui est dans un style afro pop plaît à un public qui n’est pas exclusivement béninois.

AKR : L’oeuvre est encore une ” affaire de boy ” et/ou de coeur. Êtes-vous devenue Dr en amour comme Singuila ?

Queen Fumi : Je ne suis pas Dr en amour comme Singuila ( rire ). Mais, quand il s’agit d’amour il y a tellement de choses à dire et à chanter, parce que c’est un thème qui est vaste : on peut parler d’amour en pleurant, on peut parler d’amour en riant, on peut parler d’amour en étant fâché, on peut parler d’amour en  étant fou. C’est pourquoi j’explore ce thème en exprimant plusieurs sentiments. Vous constatez par exemple que ” M’bebe ” ne parle pas d’une peine de coeur. Il met plutôt en exergue la mentalité d’un partenaire qui est fermé à l’idée de voir sa moitié  réaliser ses rêves.

AKR : La comparaison est-elle flatteuse ?

Queen Fumi : Absolument ( rire ), parce que Singuila est quand-même un Dieu des chansons d’amour.

AKR : En parlant de comparaison, à quel niveau se situe votre carrière comparativement à celles de vos collègues béninoises ?

Queen Fumi : Cette question est un peu difficile à répondre pour moi, parce que j’ai pas pour habitude de me comparer aux autres artistes pour savoir qui est avancée par rapport moi. Si je me compare aux autres ce serait beaucoup plus pour m’inspirer de ce que les autres font de bien… En vérité, la seule personne que j’essaie toujours de dépasser c’est vraiment moi-même : j’essaie de faire mieux que la Queen Fumi d’il y a un an, deux ans ou trois ans.

AKR : Rien avoir avec ce qui précède, à quand un album de Queen Fumi ?

Queen Fumi : Je suis aussi impatiente que mon public. Le projet arrive… Ça va être un Ep ou un album. Dans ma stratégie de développement, je travaillais beaucoup plus sur des singles. Mais aujourd’hui, je pense avoir la maturité nécessaire pour livrer un projet aux mélomanes. Pour l’heure, je ne peux m’avancer sur une date précise. Retenons juste qu’il sortira l’année prochaine.

AKR : Allons dans cette perspective, qui sur l’album au niveau des collaborations ?

Quee  Fumi : Il faut dire que de façon générale c’est souvent des gens qui viennent vers moi. En fait, je n’ai jamais cultivé le besoin d’aller vers mes collègues. Pas parce que je suis orgueilleuse ou que je suis suffisante, non. C’est plus parce que je prend le temps de bien faire choses avant d’aller vers les gens. Le but ici est de donner envie aux gens de collaborer avec vous. Au stade actuel du projet, je n’ai pas encore associé mes collègues. Si jamais cela arrive, il serait intéressant de travailler avec des artistes qui ne sont pas forcément béninois afin de confondre les cultures.

AKR :  Revenons sur ” M’bebe ” avant de conclure, va-t-il bénéficier  d’un clip vidéo ?

Queen Fumi : Absolument, le clip est déjà shooté. Il vous sera livré dès que possible.

AKR : Un mot de la fin à l’endroit de vos fans gabonais ?

Queen Fumi : Merci pour tout le soutien qu’il m’apporte. Il m’a découvert avec la collaboration ” Affaire de boy ” de Tina, sorti il y a deux ans. Depuis, il ne m’a pas lâché. Je dis merci à ce public qui m’a fortement encouragé lors de son passage à Libreville, en 2019.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading

ITW

Créole Love : << Je vis et j'évolue en France >>

Donald

Publié le

le

par

Passionnée de musique depuis son jeune âge, Créole Love apprend les bases en travaillant avec ses amies d’enfance à Libreville ( Gabon ). Quittant son pays pour s’installer en France, la passion qui brûle en elle ne va pas s’éteindre. En juillet 2018, l’artiste connaît une forte exposition en dévoilant un titre qui invite à l’amour, dans son expression la plus connue, Envie de toi. Depuis, la chanteuse fait son chemin. Contactée par la rédaction d’Akum Radio, Créole Love a bien voulu répondre à nos questions.

AkumRadio ( AKR ) : Aujourd’hui auteure des plusieurs singles et un album, Créole Love débute sa carrière en qu’elle année ?

Créole Love ( C.L ) : J’ai officiellement débuté ma carrière en juillet 2018 avec la sortie de mon premier single, Envie de toi. Mais, comme beaucoup de mes collègues artistes, j’ai longtemps fait le boulot dans l’ombre ( rire ).

AKR : Vous démarrez votre carrière en auto- production, est-ce le fait d’une suffisance ?

C.L : Non, le fait d’être en auto production, n’est en rien une auto-suffisance. Il faut souligner que j’ai le bonheur d’avoir plusieurs cordes à mon arc : chanteuse, interprète, compositrice, productrice et j’en passe. Je mets tout simplement l’ensemble de mes talents en exergue en produisant mes oeuvres. Si jamais quelqu’un souhaite m’accompagner un jour, je ne dirais pas non.

AKR : Vous êtes basée en France depuis plusieurs années et c’est  dans ce pays que vous évoluez. Qui du public français et gabonais accroche le plus à vos productions ?

C.L : En effet, je vis et j’évolue en France. Le fait de vivre dans ce pays fait que mes musiques parlent le plus à la communauté Gabonaise de France et aux francais. Mais, avec les réseaux-sociaux et la vente de mes singles et de mon album en streaming fait qu’on me découvre peu à peu au pays. Là preuve, vous m’interviewer aujourd’hui.

AKR : Songez-vous à faire un tour au gabon très prochainement ?

C.L : Oui, c’est en projet. Vous savez après avoir fait autant de temps loin de chez-soi on a toujours envie de revenir. Avec mon statut d’artiste, je me dois de bien faire les choses. C’est pourquoi, je ne peux par exemple m’avancer sur une date bien précise.

AKR : Entretenez-vous de bons rapports avec vos collègues artistes gabonais ?

C.L : Bien évidemment que oui. Je suis régulièrement en contact avec certains d’entre eux : Maick Leonel (LMT), Alain Ranby, Kevin Castel et beaucoup d’autres.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading

ITW

Nanou: << The voice est en lui-même une porte qui donne accès au milieu artistique africain >>

Donald

Publié le

le

par

Passée par la case The Voice Afrique Francophone à ses grands début ( 2017 ), Nanou continue à gravir les échelons. Aujourd’hui, auteure de plusieurs singles, la chanteuse peut se produire sur scène et interpréter ses propres tubes. Au micro de la rédaction d’AkumRadio, l’artiste fait un point sur l’épisode The Voice Afrique Francophone, l’état actuel de sa carrière et se projete sur l’avenir.

AkumRadio ( AKR ) : À quel niveau se situe la carrière de Nanou quatre ans après The Voice Afrique Francophone ?

Nanou à The Voice

Nanou : Quatre ans après ma participation à The Voice Afrique Francophone, Nanou est en mode démarrage : j’ai sortie un premier single ” Mon choix ” et enregistré plusieurs autres qui vont sortir au moment opportun.

AKR : Vous êtes donc passé de l’ombre à la lumière après cette expérience ?

Nanou : On peut dire oui, The Voice est un télé-crochet regarder par des millions de téléspectateurs en Afrique et partout dans le monde. Le fait d’y participer donne une grande visibilité et peut accélérer le processus évolutif de jeunes talents.

AKR : Est-ce que le fait  d’avoir vécu une telle expérience offre des opportunités ?

Nanou : J’aime beaucoup cette question. Je crois que le but de ce programme est de donner l’opportunité aux talents de se faire connaître, en d’autre terme de se créer des opportunités où d’en gagner. C’est une expérience forte qui m’a permis de rentrer en contact avec des personnes et de collaborer avec elles. The voice est en lui-même l’opportunité qui ouvre la porte qui donne accès au milieu artistique africain.

AKR : Parlant d’opportunité, vous êtes en concert ce 19 juin à l’Institut Français de Libreville. Comment appréhendez-vous cet événement ?

Nanou : En effet, ce 19 juin je serais en Café concert à l’Institut Français de Libreville. C’est un événement important pour moi, parce que j’ai lancé ma carrière peu de temps avant la crise sanitaire et le confinement, ce samedi je ferais ma première scène live en tant qu’artiste solo. J’ai vraiment hâte dans cet environnement que j’aime tant ! Et de partager ma musique avec ceux qui seront présents.

AKR : À quoi doit s’attendre  le public qui fera le déplacement ?

Nanou : Nanou est une chanteuse à multiples influences, donc ce sera  un voyage musical.On ira partout où j’aime m’aventurer : zouk, afro, rumba et même jazz. Que ceux qui aiment les sensations fortes se préparent. Et puis, c’est la fête de la musique et la fête des pères, on fera la fête pour ces deux événements en une seule date et sur une même scène.

AKR : Des projets en vue après cet événement ?

Nanou : Il y a bien évidemment des projets. Mais je ne souhaite en parler pour le moment…

Propos recueillis par Mihi...

Continue Reading