Connect with us

News

L’héritage musical inaltérable d’Oliver N’goma : Une symphonie transcendant continents, records, genres, et générations

Publié il y a

le

par

Né le 23 mars 1959 à Mayumba, dans le sud-ouest du Gabon, Oliver N’goma a marqué l’histoire musicale de l’Afrique. Initié à la musique par son père dès l’âge de huit ans, sa carrière a été jalonnée de succès, de collaborations fructueuses et d’une empreinte indélébile dans l’univers de la musique.

En 1971, sa famille s’installe à Libreville, où Oliver étudie la comptabilité au lycée technique de la ville. Cependant, sa passion pour la musique et le cinéma le guide vers une carrière artistique. Devenu guitariste de Capo Sound, l’orchestre du lycée, il forge ses premières notes qui résonneront bien au-delà des frontières gabonaises.

La rencontre décisive avec Manu Lima à Paris en 1988 donne naissance à son premier album, “Bane”, en 1990. Initialement discret, l’album devient un phénomène grâce à sa diffusion constante sur les ondes d’Africa n°1 et RFI. Des morceaux tels que “Icole” et “Lusa” résonnent encore aujourd’hui dans le cœur des amateurs de musique africaine.

La renommée d’Oliver N’goma ne s’est pas limitée à l’Afrique. Il a enflammé les scènes de plusieurs pays africains. Ses mélodies envoûtantes ont également voyagé jusqu’aux Antilles, au Canada, en Chine et aux États-Unis, captivant des publics au-delà des frontières continentales.

Oliver N’goma, concert au Stade Omnisports Omar Bongo le 31 Décembre 1997

Dans l’histoire de la musique gabonaise, Oliver N’goma reste une figure emblématique. Il est le seul artiste, jusqu’à nos jours, à avoir organisé un concert rassemblant plus de 15 000 personnes, un exploit réalisé au stade Omnisports Omar Bongo. Cet événement marque un chapitre mémorable dans l’histoire des concerts au Gabon, soulignant l’impact exceptionnel de N’goma sur la scène musicale.

Son deuxième album, “Adia”, sorti en 1995 en collaboration avec Manu Lima, a rencontré un succès équivalent à son prédécesseur. Oliver N’goma a également marqué l’histoire en devenant le premier artiste à fusionner l’afro-zouk sous la direction de Manu Lima, inspiré par ce style né dans les Antilles. Cette collaboration avec Lima a donné naissance à une sonorité unique, alliant les racines africaines aux influences caribéennes.

La renommée internationale d’Oliver N’goma a été encore amplifiée par des artistes tels que Matt Houston, légende du RnB français, qui a repris son morceau “Icole” dans son titre “Happy Birthday”. Cette collaboration transculturelle témoigne de l’impact mondial de la musique d’Oliver N’goma.

Ce qui est particulièrement remarquable, c’est que les chansons intemporelles d’Oliver N’goma continuent d’être reprises dans le monde entier, souvent revisitées à la sauce urbaine par de jeunes artistes. Cela démontre la pertinence et la modernité de sa musique, qui continue d’influencer la scène musicale contemporaine.

La nouvelle de sa disparition le 7 juin 2010 a laissé un vide dans le monde de la musique africaine. Cependant, son héritage se perpétue à travers ses fils, dont Noli Jr, qui s’efforce de raviver les classiques de son père sur les scènes gabonaises et africaines.

En conclusion, Oliver N’goma n’était pas seulement un artiste exceptionnel, mais un pionnier qui a transcendé les frontières géographiques, culturelles, et stylistiques, laissant derrière lui un héritage musical intemporel qui continuera de résonner à travers les générations à venir.

Mihi…

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

Ouverture du Dialogue National Inclusif : La bataille pour la reconnaissance du succès d’André Pépé Nzé

Publié le

le

par

Le Dialogue National Inclusif au Gabon, marqué par des interventions artistiques poignantes, a mis en lumière le talent de l’artiste gabonais André Pépé Nzé. Cependant, cette éclatante prestation a été rapidement entachée par un conflit de reconnaissance, alors que Bung Pinze de son vrai nom Juste Parfait Moubamba, conseiller du Ministre de la Culture, revendique le mérite d’avoir permis à l’artiste de monter sur scène.

Juste après la remarquable interprétation de Pépé Nzé sur le titre “NZÂL (le village)”, qui a ému tant le Président de la Transition que le public présent et les internautes, des personnes ont pris la parole pour rappeler aux jeunes qui était André Pépé Nzé et même expliqué la teneur de sa chanson après sa prestation sur la toile. Bung Pinze a affirmé être le maillon essentiel ayant facilité la participation de l’artiste au spectacle. Il a déclaré : “Merci monsieur le président de la république, si vous ne m’auriez pas fait confiance pour le spectacle de Makokou. Ce grand artiste ne serait pas révélé aux yeux du monde”.

Cependant, des voix discordantes se sont élevées, soulignant que cette revendication relève davantage de la récupération. Des réponses provenant d’anciens admirateurs de l’artiste ont rappelé son parcours, notamment sa découverte lors d’un télé-crochet, Qui Sera la Révélation de l’Année, sur la Radio Télévision Gabonaise (RTG) en 1982, et son dévouement à l’enseignement depuis lors. Ces voix contestent donc le rôle prépondérant de Bung Pinze dans la mise en avant de Pépé Nzé.

Malgré les désaccords persistants, une lueur d’espoir émerge à travers les paroles de reconnaissance envers RODA, un acteur clé dans cette mise en lumière artistique, ainsi que vers tout le personnel du Gabon change, soulignant l’importance du travail d’équipe dans la promotion des talents nationaux.

Le conflit de reconnaissance autour du succès de la prestation d’André Pépé Nzé met en lumière les enjeux de visibilité et de mérite dans le monde artistique gabonais. Alors que Bung Pinze revendique le mérite d’avoir permis à l’artiste de briller sur scène, d’autres voix contestent cette affirmation, rappelant le parcours et le dévouement de Pépé Nzé à travers les décennies. Malgré les désaccords, l’importance du travail d’équipe dans la promotion des talents locaux reste indéniable, offrant ainsi un espoir de résolution à ce conflit de reconnaissance.

Mihi…

Continue Reading

News

La CPPF annonce un plan stratégique triennale 2024-2026 pour améliorer les pensions et les services aux clients

Publié le

le

par

Dans un geste solennel marquant un engagement résolu envers l’amélioration des services publics, Jean-Blaise Nguema Mba, Président du Conseil d’Administration de la Caisse des Pensions et des Prestations Familiales des agents de l’État (CPPF), a dévoilé le nouveau plan stratégique triennal de l’institution, au sortir du conseil d’administration tenu à Libreville le vendredi 29 mars 2024 à la résidence hôtelière Le Nomad.

L’annonce intervient suite à l’engagement personnel du Président de la Transition, Président de la Republique, Chef de l’Etat, Le Général de Brigade Brice Clotaire Oligui Nguéma, qui a mis à disposition de la CPPF au mois de fevrier 2024, une enveloppe globale de 35.9 milliards de Francs CFA. Cette allocation a permis de payer les rappels de pensions ainsi que la première échéance mensuelle des pensions arrimées et revalorisées, conformément aux directives présidentielles énoncées en septembre 2023 et réaffirmées en décembre de la même année.


Les résultats de cette initiative sont déjà tangibles, avec un montant global de 28 milliards de Francs CFA dédiés aux rappels, touchant plus de 25 000 dossiers et une augmentation significative de la charge mensuelle des pensions pour février 2024, qui passe de 6,5 à 7,9 milliards de Francs CFA. Cette augmentation de 1,4 milliard représentant 23% par rapport au mois précédent témoigne de l’engagement de la CPPF à répondre aux besoins croissants de ses usagers.

Outre ces réalisations, le plan stratégique triennal prévoit l’ouverture de nouvelles délégations CPPF à Franceville et Mouila, ainsi que la modernisation du système d’information de l’institution. Ces initiatives visent à rapprocher les services de la CPPF des usagers et à améliorer leur accessibilité, tout en garantissant une gestion efficace des données et des prestations.

En outre, Jean-Blaise Nguema Mba a annoncé la désignation de deux nouveaux vice-présidents lors de cette session du conseil d’administration, renforçant ainsi la gouvernance de l’institution et sa capacité à mener à bien ses projets stratégiques.

Avec ce plan stratégique triennal, la CPPF affirme son engagement à garantir la pérennité du système de pensions des agents de l’État et à offrir des services de qualité supérieure à ses clients. Sous la direction de son président et avec le soutien des autorités de la Transition, la CPPF se positionne comme un acteur clé dans la protection sociale et le bien-être des agents publics gabonais.

Mihi…

Continue Reading

News

La Ménopause : Comprendre, Accepter et Agir Ensemble

Publié le

le

par

Dans le cadre de la célébration du mois de la femme, l’émission de santé publique YÊMÏ sur Akum Radio a consacré une émission spéciale à un sujet souvent méconnu mais crucial pour la santé des femmes : la ménopause. Avant d’aborder la ménopause, le précédent numéro de YÊMÏ avait mis en lumière l’endométriose et présenté l’association Endofi Gabon qui œuvre pour la sensibilisation sur la maladie, offrant ainsi une couverture exhaustive des enjeux de santé féminine. Animé par LOPS, le débat a vu l’intervention du Dr. Marcia ANGUE Épouse Pemengoye, médecin conseil de l’émission, pour discuter des réalités de la ménopause et des moyens de la gérer.

“La ménopause est un processus naturel marquant la fin de la période de fertilité chez les femmes”, explique le Dr. Marcia ANGUE, définissant ainsi ce phénomène biologique.

Comme dit par le Dr. Marcia ANGUE, “La ménopause survient généralement entre 45 et 60 ans, bien que des cas plus précoces ou plus tardifs soient possibles.” Ce processus s’accompagne de symptômes physiques tels que les bouffées de chaleur, les sueurs nocturnes et la sécheresse vaginale, ainsi que des fluctuations émotionnelles comme les sautes d’humeur et la tristesse.

“L’âge et les antécédents familiaux peuvent influencer le moment où survient la ménopause, mais il est essentiel pour les femmes de consulter des gynécologues pour gérer ces changements hormonaux”, souligne le Dr. Marcia ANGUE.

Il est crucial de noter qu’il n’existe pas de traitement spécifique pour la ménopause, mais des solutions peuvent être recommandées pour atténuer les symptômes.

Un aspect crucial abordé lors du débat est le rôle des partenaires masculins pendant cette période de transition. “Les hommes sont encouragés à soutenir leurs partenaires en dialoguant et en cherchant à comprendre les défis auxquels elles font face”, souligne LOPS.

En plus des symptômes physiques, la ménopause comporte des risques pour la santé, notamment des problèmes cardiovasculaires et l’ostéoporose. Les femmes sont encouragées à adopter de nouvelles habitudes de vie, telles que l’exercice physique régulier, pour atténuer ces risques et améliorer leur bien-être général.

En conclusion, LOPS invite les femmes en ménopause à fréquenter des spécialistes durant cette période et à vivre en communauté pour pouvoir échanger et comprendre ce phénomène naturel. Le débat a également souligné l’importance du dialogue et du soutien communautaire pour aider les femmes à traverser cette période de transition. En partageant leurs expériences et en se soutenant mutuellement, les femmes peuvent mieux comprendre, accepter et agir face à la ménopause, faisant ainsi un pas de plus vers une meilleure santé et un bien-être durable.

Pour écouter YÊMÏ, rendez-vous sur Akum Radio, fréquence 98.3, ou visitez www.akumradio.fm les lundis, mercredis et vendredis à 11h00 et 15h00.

Mihi…

Continue Reading