Connect with us

News

Gabon : Ba’ponga évoque les raisons de la non-performance scénique des acteurs de sa corporation

Publié il y a

le

par

Vieux de la vieille de la scène hip-hop gabonaise, Ba’ponga peut facilement se projeter sur l’avenir tout en proposant un canavas à suivre à ses collègues. Ce, pour améliorer les manquements constatés depuis belle lurette. Parmi eux, il y a notamment la prestation scénique. Désireux de voir un changement, dans ses prestations et celles de ses collègues, Ba’ponga a ressorti les lagunes de la corporation et proposer des moyens de les résorber. Ces informations sont contenues dans sa publication qui date du mardi 01 mars 2022. Et, elles se présentent comme suit.

Si nous, les artistes Gabonais nous sommes aussi médiocre sur scène:

C’est premièrement parce que le public ne nous exige pas une qualité technique impeccable sur scène. Le public se contente d’écouter le titre qu’il aime et ne regarde pas à la prestation de l’artiste. (exemple : quand un son démarre, le public se lève, chante et danse sur le son, l’artiste arrive en play-back et accompagne seulement la ferveur du public sans forcer).

Deuxièmement : l’artiste lui même se cache derrière les succès de ses sons. Lorsque ses titres ont du succès, ils lui permettent d’être invité partout dans le pays en show case où en spectacle. Ça lui suffit pour ne pas travailler sur la partie performance de sa prestation.

Troisièmement : le playback.
En 2022, la majorité des artistes Boma continuent de jouer sur des versions dites RADIO qui donc ne leurs font rien travailler. (le souffle, la respiration, la gestion du public, la tenue du micro, la gestion de l’acoustique). Voilà pourquoi l’artiste Gabonais ignore les balances (il s’en fou).

Quatrièmement : l’artiste Gabonais et son staff ne font pas assez de concert, (Ou l’artiste joue seul pendant plus de 45 min) il se contente de spectacle avec beaucoup d’autres artistes ou il pense que les quatre milles personnes présentes dans le stade de Nzeng sont venus pour lui. Quand il va briller avec son play-back de 3 sons (12 minutes) il va penser qu’il est très très fort.
Dans certains pays, tu chantes en play-back micro ouvert, le public quitte les lieux même si tu t’appelles Assap Rocky. Commencez par demander aux studios dans lesquels vous travaillez quatre versions pour chaque son.

1-Version Normale : pour l’exploitation de l’œuvre (Radio, Audio qui accompagne la vidéo du clip, streaming ou vente en ligne etc…);

2-Version SCÈNE (sur cette version, on garde les refrains, les Bridges et les backs pour vous accompagner en prestation show case) Elle est appelé techniquement la version P.B.O;

3-Version INSTRUMENTAL, (pour les plus expérimentés sur scène, pour que les radios utilisent ton son en générique et pour que des jeunes ou d’autres artistes s’amusent sur tes versions);

4-Version A CAPELA pour que les Dj fassent des remix de tes sons.
2022 arrêtons les playsback. Nous faisons tous des show case, mais la finale c’est ton propre concert, même avec 50 personnes. Mais au moins c’est ton concert avec ta vrai valeur. Sur tes instrumentaux ou avec un orchestre en Live.

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

News

MOUYANGA : Résonance Culturelle d’un Peuple, Innovation Intemporelle

Publié le

le

par

Dans les profondeurs verdoyantes du Gabon, réside une force musicale ancestrale : MOUYANGA. Depuis trois décennies, ce groupe tradi-moderne a tissé des liens indéfectibles avec la culture Nzébi, capturant l’essence même de la vie au village et les nuances de la transition vers les grandes métropoles.

À travers les rythmes envoûtants de L’NGWALA et les chants mélodieux du LAKA, MOUYANGA a transcendé les frontières pour devenir un pilier incontournable de la scène musicale gabonaise. Leurs performances ont le pouvoir de transporter les auditeurs à travers les époques, racontant les épopées, légendes et histoires des communautés marquées de joie, de peines et de résiliences.

Leur dernier opus, “MAMBANGUE”, vieux de plus d’une dizaine d’années, a été salué comme un chef-d’œuvre, notamment son titre phare “BA MAMBANGUE”, véritable testament vivant de leur dévotion envers la préservation du patrimoine culturel immatériel, des savoirs endogènes et de la riche tradition des peuples du Gabon, tout en domptant les influences de la modernité.

MOUYANGA – BA MAMBANGUE

Pourtant, après plusieurs années sans production aux allures d’un silence de nécrologie musical, MOUYANGA prépare son grand retour, portant en lui l’espoir d’un renouveau artistique.

Sous la direction éclairée de son Président Noël MOUKELI MOUKELI, de son Coordonnateur et Directeur Artistique Thierry NDOUMOU LOUDY, leaders charismatiques, ainsi que son que son manager général Wilfried MALOLA le groupe se lance dans une nouvelle aventure, teintée d’excitation et de promesses.

Les rumeurs circulent, annonçant un nouveau projet dans les tuyaux, sous le titre « NDONGUI » une création qui s’annonce audacieuse et novatrice, dans un intergénérationnel extraordinaire.

Dans les coulisses, les membres de MOUYANGA peaufinent leur art avec passion et détermination. Leurs expériences à l’international les ont enrichis, mais leur cœur reste ancré dans les traditions qui ont façonné leur identité musicale. Ils s’apprêtent à dévoiler une facette encore plus vibrante de leur héritage, fusionnant avec habileté, le passé et le présent.

Pour les fervents admirateurs et les nouveaux auditeurs, l’attente est empreinte d’une anticipation fébrile. Bientôt, les scènes s’embraseront à nouveau sous le feu ardent de MOUYANGA, propageant la magie de la culture Nzébi aux quatre coins du globe, assorti d’une approche fusionnelle avec les rythmiques d’autres groupes ethniques du Gabon.

Alors que le soleil se lève sur une nouvelle ère pour MOUYANGA, une chose est certaine : leur voyage musical est loin d’être terminé. Ils continueront à écrire l’histoire avec chaque note, rappelant au monde la beauté intemporelle de la tradition et la force de la créativité humaine.

Mihi…

Continue Reading

News

Noli Jr : Porteur de l’Âme Musicale d’Oliver N’goma sur les Scènes Rwandaises

Publié le

le

par

“Les morts ne sont jamais partis. Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire”, comme l’a exprimé le poète, écrivain et conteur sénégalais Birago Diop. Cette sagesse transcende l’art, où les artistes affirment que “l’artiste ne meurt pas, il vit à travers ses œuvres”. Oliver N’goma, le célèbre chanteur gabonais décédé en 2010, demeure vivant à travers ses œuvres qui continuent de captiver le public. Son fils, Noli Jr, a choisi de suivre les traces de son père.

Initialement interprète des succès de son père, Noli Jr est désormais un artiste auteur-compositeur-interprète. Avec son premier projet “Emmène-moi”, il construit sa carrière en rencontrant un succès indissociable de l’influence de son défunt père. En tant que chanteur zouk, Noli Jr séduit un public qui voit en lui l’héritier d’Oliver N’goma. Cette reconnaissance conduit à des invitations internationales, telles que sa participation au Festival Kompa Zouk 974 à l’Ile de la Réunion.

L’expérience à la Réunion a renforcé la réputation scénique de Noli Jr, suscitant l’intérêt mondial. En février 2024, il entame une tournée au Rwanda, pays où le succès d’Oliver N’goma reste constant. Armé des classiques Afro-zouk de son père et de son propre projet de quatre titres, Noli Jr est prêt à enchanter le public rwandais pendant cette courte période du 21 au 24 février.

Mihi…

Continue Reading

News

Miss Gabon : Un Retour Envisagé ou Simple Spéculation ?

Publié le

le

par

Depuis la disparition du concours Miss Gabon en 2015, une rumeur persistante circule quant à son éventuel retour. Lancé en 2001 et porté par des personnalités telles qu’Olga’o et l’association Défis de Femmes, le concours a été une vitrine culturelle majeure pour le Gabon.

La période de 2001 à 2009 a été marquée par le succès, avec des Miss de renom telles que Aïcha Sidi et Chéri Yoni Tsango, bénéficiant du soutien du gouvernement gabonais. Cependant, la disparition du concours en 2009, conjointement avec les événements tragiques du décès de la Première Dame, Édith Lucie Bongo, et du Président Omar Bongo, a plongé le pays dans une période de deuil. Le concours a pris fin après le sacre de Marlyne Léa Ayene Ella, participante au concours Miss Terre 2009.

La récente rumeur sur le retour de Miss Gabon soulève des interrogations sur les potentiels organisateurs, notamment Hercule Nze Souala, acteur culturel gabonais. Toutefois, des doutes subsistent quant à sa capacité à diriger un projet exigeant une connaissance approfondie du monde de la beauté.

Avec la nouvelle gestion du pays par les autorités militaires depuis le coup d’État en 2023, la question se pose : le Ministre de la Culture, s’il confirme le retour du concours, devra agir avec rigueur pour éviter tout spectacle lamentable qui pourrait ternir l’image du pays. La possibilité de travailler avec des experts tels qu’Olga’o et d’anciennes Miss Gabon pourrait être une stratégie bénéfique pour assurer le succès et la crédibilité de Miss Gabon en 2024, si tel est le cas. L’avenir révélera si cette rumeur se concrétise et si le concours renaît de ses cendres pour illuminer à nouveau la scène culturelle gabonaise.

Mihi…

Continue Reading