Connect with us

ITW

Lorysse : << Lorysse n'est pas Aya Nakamura >>

Donald

Publié il y a

le

par

Le public Gabonais découvre depuis peu une compatriote qui émerge du côté de la France. De son nom d’artiste, elle se fait appeler Lorysse. Dans le souci d’informer le public sur son actualité, la rédaction d’AkumRadio a échangé avec l’artiste.

Lorysse

Akumradio : Lorysse est signée chez Trace. Comment la rencontre s’est faite avec cette grande structure ?

Lorysse : Vous savez, il y a des choses qu’on ne peut expliquer avec les mots. La structure Trace m’a approchée parce qu’elle a certainement été convaincue par mon talent.

AKR : Dans quel registre s’inscrit l’artiste que le public va découvrir dans les prochaines heures avec un nouveau hit ?

https://www.facebook.com/125536544319674/posts/1698390673700912/?app=fbl

Lorysse : Il est difficile de me ranger dans un registre, parce que je suis polyvalente. Des registres dans lesquels je m’exprime, celui qui me plaît le plus est l’afro. Dans les prochaines heures, le public aura l’occasion de le découvrir   à travers mon nouveau titre ” Mon tour “.

AKR : Le public semble comparer votre style de musique à celui de Aya Nakamura. Que pouvez-vous dire à ce sujet ? 

Lorysse : C’est toujours bien d’être comparé à une artiste de poids comme Aya Nakamura. Pour répondre à la question que vous me posez, je peux juste vous dire que Lorysse n’est pas Aya Nakamura.

AKR : Vous revenez avec un nouveau hit, peut-on savoir le message qu’il regorge ?

Lorysse : Je signe mon retour avec un titre parle de l’amour et de son aboutissement ultime, le mariage.

AKR : Amenem est à la réalisation du clip que nous allons decouvrir dans les prochaines heures. Pourquoi lui et pas un autre à la réalisation du clip ?

Lorysse : Dans le domaine de la réalisation au Gabon, Amenem est un nom qui compte. En plus, les vidéos qu’il réalise sont tellement belles que j’ai eu envie de travailler avec lui.

AKR : Un mot sur la scène hip-hop Gabonaise qui est valablement représentée par les femmes ?

Lorysse : Je trouve que le hip-hop Féminin gagne du terrain. Aujourd’hui, nous sommes bien loin des années 90 et 2000 où nous étions marginalisées par nos collègues du sexe opposé.

AKR : Que réservez-vous aux fans pour cette nouvelle année ?

Lorysse : Malgré la crise sanitaire qui ne facilite pas l’exercice du métier, je réserve des surprises à mes fans.

Propos recueillis par Mihi…

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ITW

Jox : << Je dirais que je présente un EP avec une couleur musicale appelée NEO-VARIÉTÉ... >>

Donald

Publié le

le

par

AkumRadio : ” Ba’tsinguli ” est l’intitulé du projet que vous avez dévoilé ce 09 avril. Cet intitulé porte quel message ?

Cover

Jox : Ba’tsinguli qui veut dire en Yipunu « dites-leur » est un projet dans lequel le message est orienté vers la survie, l’espoir. Le fait de croire qu’il est possible de se réaliser avec le temps.

Tracklist

AKR : Ledit projet regorge trois titres ( Malin, Chez nous et Ngane Nzale ). De ces trois titres, vous avez fait le choix de dévoiler ” Malin ” en single. Sur quoi repose ce choix ?

Jox : Choisir le titre Malin pour annoncer Ba’tsinguli revenait justement à présenter une femme, la musique qui ne semblait plus prête à me donner une chance, les découragements, les épreuves de la vie qui ont causé mon silence depuis un long moment mais « dites leur », amicalement, que je suis de retour et confiant pour la suite.

AKR : Dans ce titre, comme dans les deux autres, l’artiste s’exprime en langue maternelle : Est-ce à dire que Jox se donne la mission de revaloriser la culture gabonaise ?

Jox : Exactement! l’idée ici est de valoriser la culture gabonaise comme beaucoup avant moi mais le choix est aussi par amour des particularités que contiennent nos langues, les prononciations etc…

AKR : Pensez-vous que cette quête d’identité musicale est partagée par le plus grand nombre ?

Jox : Je pense que cette quête d’identité est partagée et qu’avec le temps nous serons plus nombreux à l’exposer.

AKR : Revenons sur la production de ” Ba’tsinguli “, quelle a été l’apport de Tiss Warren Jazz ?

Tiss Warren Jazz

Jox : L’apport de Tiss Warren Jazz est au niveau de la production exécutive du projet et de l’établissement de la stratégie de communication et promotion sous le management et la direction artistique de Claude Warren SITOU, mon manager et Felicia Ngaka. Merci d’ailleurs au passage à toutes les personnes qui contribuent à réalisation de tout ce travail.

AKR : Si on vous met dans la peau d’un distributeur de musique, que diriez-vous à vos clients potentiels à propos de ” Ba’tsinguli “, afin de susciter un besoin d’achat ?

Jox : Afin de susciter l’action d’achat Ba’tsiguli, je dirais que je présente est un EP avec une couleur musicale appelée NEO-VARIÉTÉ, un mélange de musicalités style POP, de musique urbaine et du rythme Afro. Ce n’est pas nouveau mais mieux perçu dans cet Ep en attendant la suite.

AKR : Un mot de la mot fin à l’endroit de nos lecteurs ?

Jox : Déjà, je vous remercie pour l’occasion offerte de m’exprimer sur vos plateformes, chaque lecteur qui s’abonnera sur mes comptes réseaux sociaux pour suivre mon actualité mais surtout l’ensemble de l’équipe, producteurs, managers, directeurs, musiciens, choristes, arrangeurs, Graphic designer, photographes et autres. Grand merci à tous

Propos recueillis par Mihi...

Continue Reading

ITW

M.A.F : << J'explique mon ambition par la détermination qui m'habite. >>

Donald

Publié le

le

par

Artiste, Auteur-compositeur, producteur et interprète, telles sont les casquettes que porte M.A.F. Connu du public et des acteurs de la musique urbaine en tant que beatmaker, M.A.F décide de mettre en avant ses talents de chanteur. Il a bien voulu répondre aux questions que nous lui avons posées. Entretien.

AkumRadio : Quelles sont les ambitions du jeune artiste que vous êtes ?

M.A.F : Dans un premier temps, l’objectif est de faire connaître M.A.F dans sa veste de chanteur. Puis, après, développer des stratégies pour arriver au sommet ici au gabon, avant de percer à l’international.

Akr : N’est-ce pas trop prétentieux ?

M.A.F : Prétentieux, je ne pense pas. J’explique mon ambition par la détermination qui m’habite.

Akr : Qui dit ambition parle de projets. Pouvez-vous nous en citer quelques-uns ?

M.A.F :  Il y a bien évidement des projets. Pour l’heure, je ne peux en dire en plus. Je demande juste au public de suivre mon actualité.

Akr : Est-ce qu’il est judicieux de sortir des projets en ces temps de confinement ?

M.A.F : La musique dégage une puissance qui ne peut-être confinée par une pandémie. Pour vous répondre, je peux vous dire la période n’est pas aisée. Mais on s’adapte à la réalité du moment. C’est la raison pour laquelle je suis actif.

Akr : Vous nous donner rendez-vous ce 26 fevrier pour la sortie de vôtre nouveau single ?

M.A.F : Oui, effectivement le 26 Février je vous donne rendez-vous pour la sortie du single” Bombe et Terroriste “.

Akr : Envisagez-vous sortir la vidéo de cette exclusivité ?

M.A.F :J’en parle avec mon manager et toute l’équipe. En fait, la réalisation du clip dépend du succès que la chanson va connaître.

Akr : Un mot de la fin ?

M.A.F : On oublie pas le rendez-vous de ce 26 février : la sortie de mon nouveau singe. Je remercie AkumRadio et toutes les personnes qui ont rendu cette interview possible.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading

ITW

Sinto Pap : << Le public peut s'attendre en 2021 à ce que je finisse la trilogie de ''À l'instinct'' >>

Donald

Publié le

le

par

Membre actif du groupe Ghetto Brut Collabo ( G.B.C ) qui a fait vibrer la scène bordolaise dans les années 2000, le Franco-Gabonais Sinto Pap décide de se lancer dans une carrière solo suite à la séparation du groupe en 2013. Depuis, il écrit sa propre histoire en espérant imposer sa signature vocale dans le paysage musical francophone. Entretien.

Sinto Pap

Akr (Akumradio) :

Bjr Sinto Pap, vous êtes un artiste solo depuis maintenant cinq ans. Avant d’entamer cet épisode de votre carrière vous étiez membre du groupe Ghetto Brut Collabo (G.B.C) durant cinq ou six ans. Est-ce que vous pouvez retracer le parcours de ce groupe en quelques mots ?

Sinto Pap :

Bonjour et merci pour l’invitation. Effectivement, je suis artiste solo depuis cinq ans, le groupe G.B.C dont j’étais le leader vocal s’est séparé en 2013. Après cet événement, j’ai pris à peu près un an et demi pour réfléchir et affiner ma direction artistique solo qui vous vous imaginez bien a été un chamboulement pour moi. Beaucoup ne le savent peut-être pas mais G.B.C est un groupe mythique de la scène bordolaise avec à son actif un album “Fast food,music” qui a eu un gros succès d’estime dans la région à travers ses ventes ( 3000CD vendus la première semaine ), ses prestations mémorables et son hit “Gravé en nous” qui occupait les premières places en hit-parade radio.

Akr :

Qu’est-ce qui explique la séparation du groupe alors que sembliez être sur le chemin du succès ?

Sinto Pap :

Nous n’arrivions plus à regarder vers la même direction. La séparation était donc inéluctable. Dommage qu’on en soit arrivé là, alors que nous étions déjà signé chez Nouvelle Donne Music.

Akr :

Que répondez-vous a ceux disent que vos appétits personnels ont ruiné le groupe ?

Sinto Pap :

Je pense que personne ne peut me reprocher cela, car il est naturel que chacun s’exprimer seul. Et puis, il faut dire que le public m’a toujours réclamé en solo, parce qu’il estimait que j’avais le talent nécessaire pour me lancer tout seul.

Akr :

Après l’épisode Ghetto brut collabo, vous signez chez Warner Music en 2016 avec l’aide et le soutien de Passi : Comment la rencontre s’est faite entre Passi et vous pour en aboutir à une signature chez Warner Music ?

Sinto Pap :

Effectivement, je signe chez Warner Music en 2016 via Passi. C’est par le canal d’une relation que nous partageons qu’il m’a découvert artistiquement parlant. En écoutant quelques unes de mes chansons, il a tout suite accroché. Puis, il s’en est suivi une signature chez Warner Music quatre jours après notre rencontre. Comme j’aime à le dire, c’était un coup de foudre musical.

Akr :

Le mariage entre l’artiste et le major n’a pas fait long feu, puisqu’on vous retrouve en indépendant un an plus tard à la sortie de l’EP intitulé ”A l’Instinct”. Pourquoi quitter un major pour se risquer en indépendant quand on sait qu’on fera face à de grandes difficultés ?

Sinto Pap :

Le mariage entre Sinto Pap et Warner Music a fait son temps et nous nous sommes séparés cordialement et d’un commun accord. Nous avions co-produit ensemble deux gros singles qui ont eu de bons résultats, quelques bonnes entrées en télé et en radio. Et nous n’avions pas décidé Warner et nous d’aller jusqu’à la production d’un album. Après mon départ de chez Warner, j’ai créé mon label “Djoozy Music” avec mon manager et un ami parce qu’ils étaient de m’accompagner dans cette aventure.

Akr :

Partant de cette aventure furtive en major, que pouvez-vous conseiller aux jeunes artistes gabonais et africains qui en rêvent ?

Sinto Pap :

Comme je vous le disais avant cette question, ça n’a pas été une aventure furtive, ça été une expérience enrichissante qui a duré le temps qu’elle devrait durer.

Akr : Revenons sur votre tout premier EP, “À l’instinct chapitre 1”. Comment a-t-il été accueilli par le public Français et Africain ?

Sinto Pap :

“À l’instant chapitre 1”, est très important dans ma carrière. Il a été très bien accueilli et ma ouvert beaucoup de portes, car après sa sortie beaucoup d’artistes ainsi que les médias ont cerné et adhéré à ma direction artistique partant de mon nouveau flow. À la suite de ces appréciations et félicitations j’ai pu écrire et travailler avec beaucoup d’artistes. Des projets de bonnes factures tels que “Mon Djooz” et “Tout plaire” ont vu le jour avec le succès non négligeable.

Akr :

Dans ce projet, on découvre un Sinto Pap chanteur : À quel moment avez-vous décidé de laisser le rap pour le chant ?

Sinto Pap :

C’est en faisant des refrains chantés au sein du C.B.C que la chanson a progressivement pris le pas sur le rap. Aussi, en tenant compte des remarques du public, qui disait être beaucoup plus touché par mes textes lorsque je chantais. C’est donc ainsi que le rappeur a fini par se transformer en chanteur.

Akr :

Ce choix de chanter vient du fond du cœur ou il est a été influencé par la tendance de l’heure ?

Sinto Pap :

Ce choix de chanter n’est pas influencé par la tendance actuelle. Je dirais plutôt qu’il est influencé par ma mère et d’autres membres de ma famille qui pour la plupart étaient dans des chorales.

Akr :

Votre carrière solo est sur une phase ascendante. Vous collaborez avec des grands talents français comme Barack Adama de Sexion d’Assaut, Krys et H Magnum pour ne citer que ceux-là. S’il fallait parler de vous dans un an, qu’est-ce que nous pourrions dire ?

Sinto Pap :

Vous direz que l’artiste est en mouvement, parce que mon actualité sera danse. Je vous annonce par exemple la sortie imminente de mon EP, “À l’instinct chapitre 2”. Un produit qui fera mouche en raison de sa bonne qualité et ses belles collaborations. Parlant justement des collaborations, j’annonce au public la participation de Bigga Figga dans mon EP. Le nom de cet artiste ne vous dit peut-être rien, mais sachez que ce dernier est un rappeur américain de la West Coast qui a des collaborations avec Snoop Doog, 50 Cent et d’autres grands noms aux États-Unis. En dehors de mes projets personnels, je travail sur ceux de quelques artistes français comme Poison, dont j’ai produit un titre de son prochain album qu’il partage avec Mac Tyer.

Akr :

En terme de collaboration, en dehors des artistes français vous avez travaillé avec une valeur sûre du rn&b américain, en la personne de Jason Derulo. Comment cet artiste a fait pour vous connaître ?

Sinto Pap :

Jason Derulo ne me connaît pas personnellement. Notre collaboration part du fait que ma mélodie a été retenue par DJ Scorp et Sony pour un titre qui rassemble la chanteuse Nigériane Chidinma et Jason Derulo. Cette collaboration sortira sous peu et je l’attends avec impatience.

Akr :

Ces différentes expériences renforcent cette idée de faire carrière solo. À quoi le public doit s’attendre dans un futur proche ?

Sinto Pap :

Toutes ces expériences me forgent et me donnent l’envie d’aller plus loin et d’accomplir de grandes choses dans la musique. Dans un proche avenir, le public peut s’attendre à ce que je finisse la trilogie de “À l’instinct”, le chapitre 2 sort ce 08 décembre et le 3 courant 2021. À la fin de la trilogie, mon équipe et moi allons nous focaliser sur la sortie de mon premier album solo.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading