Connect with us

Events

Côte d’Ivoire : quand le rap ivoire gagne du terrain…

Publié il y a

le

par

Marginalisé à une certaine époque, le rap ivoire devient aussi populaire que la variété ivoirienne, sinon plus.

C’est la théorie du grand renversement dans le paysage musical ivoirien. Si le coupé-décalé, le zouglou ou encore le Zoblazo ont longtemps fait de l’ombre au rap ivoirien, aujourd’hui, il est plus que jamais sous le feu des projecteurs. Très appréciées des mélomanes, les créations des rappeurs sont de véritables tubes. À l’exemple du très célèbre ” Gnonmi au lait ” de Fior 2 Bior et Niska qui cumule plus de 20.000.000 de vues sur YouTube, sept mois après sa publication. Un record pour la musique ivoirienne dans tout son ensemble.

Son influence dans la variété

Le fusil ayant changé d’épaule, les artistes de la variété n’ont d’autres choix que de composer avec les rappeurs. En effet, bien des sorties des grands noms de la variété s’accompagnent d’une fraîcheur urbaine, pour être en harmonie avec ce qu’apprécie un public ivoirien qui est majoritairement jeune. Cette stratégie a été adoptée par des grands noms de la variété. Celui qui nous vient vite à l’esprit est celui de Dj Lewis, en raison de son témoignage. Pour son grand retour au devant de la scène après de longues années d’absence avec ” Apoutchou “, le chanteur de coupé-décalé s’est associé à un rappeur afin de toucher un public beaucoup plus jeune, comme il l’a récemment souligné dans un talk-show de la Nouvelle Chaîne Ivoirienne ( NCI ). Ce rappeur n’est autre que Fior 2 Bior.

Le rap ivoire s’exporte

Devenu un style de   musique par lequel on peut identifier la culture ivoirienne, le rap ivoire sort peu à peu du territoire ivoirien. Ces acteurs signent dans de grands labels français comme c’est le cas pour Didi B et Lil Jay qui ont respectivement été enrôlés par 92I Africa de Booba et Black Star Music de Gims. Au-delà de ces signatures, on peut ausi noter que les acteurs du rap ivoire collabore très souvent avec des grands noms de la scène française, à l’instar de Black M, MHD, Niska et j’en passe.

Côté au pays et sollicité sur la scène Française, le rap ivoire écrit les plus belles pages de son histoire. Pour arriver à ce niveau, les jeunes se sont sans doute inspirés des acquis laissés par les prédécesseurs. On pense notamment au groupe M.A.M, à Muss ( leader de M.A.M ), aux Crazy B, à Almighty et d’autres grands noms qui ont fait la gloire du rap ivoire de la fin des années 90 au début des années 2000.

Mihi…

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Events

Réappropriation Culturelle : ‘’Nous Même D’abord’’ en Campagne pour les Quotas de la Diffusion de la Musique Gabonaise

Publié le

le

par

La musique gabonaise, malgré sa richesse et sa diversité, peine à trouver une place de choix dans les médias et lieux de divertissement du pays. Face à ce constat, le groupe de réflexion culturel “Nous même d’abord”, dirigé par l’animateur radio Engone The Voice, a lancé une campagne pour promouvoir l’augmentation des quotas de diffusion de la musique locale.

Lors d’un direct Facebook animé par Engone The Voice le lundi 20 mai, des artistes influents tels que N’do-man, MHL, No, Do, et Olsen Mossot ont débattu pendant plus d’une heure sur le thème de “l’impact des quotas sur la musique gabonaise”. La discussion s’est structurée autour de trois axes principaux : la disparition des soirées 100% musique gabonaise, le rôle des médias et des plateformes numériques, et la perception du public vis-à-vis de la musique locale.

Les Quotas de Diffusion : Un Nécessaire Coup de Pouce

Les invités ont d’abord expliqué les quotas de diffusion, définis comme des pourcentages légaux déterminant la fréquence de diffusion de la musique nationale. No a rappelé l’existence d’une loi sur la diffusion de la musique gabonaise, malheureusement non appliquée, et a proposé un quota de 80% pour encourager la production musicale locale, à l’instar du Ghana et du Nigeria.

Le Rôle Crucial des Médias et des DJ

Le consensus parmi les artistes est clair : les médias et les DJ gabonais privilégient la musique étrangère. Cette préférence freine la visibilité des talents locaux. Cependant, Do a salué les efforts de la radio Urban FM, qui se distingue en offrant une plateforme aux artistes gabonais.

La Perception du Public : Entre Désintérêt et Manque de Fierté

Les invités ont également évoqué le désintérêt croissant du public pour la musique gabonaise, attribué en partie à une perte de fierté nationale. Do a souligné que la gratuité des concerts d’artistes internationaux dans les années 2010 a détourné l’attention du public des artistes locaux, notamment dans le genre hip-hop.

Un Combat pour l’Avenir de la Musique Gabonaise

Engone The Voice et le groupe “Nous même d’abord” entendent poursuivre leur combat en organisant des directs hebdomadaires, chaque dimanche, pour continuer de sensibiliser sur l’importance des quotas de diffusion et autres sujets cruciaux pour la renaissance du paysage culturel et artistique gabonais.

Vers une Réappropriation des Valeurs Culturelles

Le combat pour les quotas de diffusion s’inscrit dans une démarche plus large de réappropriation des valeurs gabonaises en cette période de transition. En mobilisant artistes et acteurs culturels, Engone The Voice et “Nous même d’abord” espèrent susciter l’intérêt des nouvelles autorités pour soutenir et revitaliser la scène musicale gabonaise.

La campagne de “Nous même d’abord” pour les quotas de diffusion de la musique gabonaise marque un tournant important pour la culture locale. En donnant la priorité à la musique nationale, le Gabon pourrait non seulement redynamiser son industrie musicale, mais aussi renforcer l’identité culturelle de ses citoyens.

Mihi…

Continue Reading

Events

Réorganisation du BUGADA : Un Nouveau Souffle pour les Artistes Gabonais ?

Publié le

le

par

Lors du Conseil des ministres tenu le 14 mai, Laurence Ndong, Ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, a annoncé un projet de décret visant à réorganiser le Bureau Gabonais du Droit d’Auteur et des Droits Voisins (BUGADA). Ce projet, élaboré par le Ministère de la Culture et des Arts, répond à une nécessité de modernisation et d’amélioration de la gestion des droits des artistes au Gabon. Depuis l’avènement des militaires au pouvoir, le pays s’engage dans une vaste restauration de ses institutions, et cette réorganisation s’inscrit dans cette dynamique de changement, prenant en compte des besoins exprimés depuis longtemps par les acteurs culturels.

Le projet de décret se concentre sur plusieurs axes principaux, notamment la protection et la gestion des droits des auteurs, des artistes interprètes, des producteurs de phonogrammes et des organismes de radiodiffusion. Il prévoit également la collecte et la répartition des redevances, garantissant une rémunération équitable pour les créateurs. En outre, la création d’un nouvel organe, l’assemblée générale des auteurs-adhérents, est envisagée pour structurer davantage la gouvernance du BUGADA. Ces mesures visent à résoudre les lacunes juridiques et organisationnelles qui entravent le fonctionnement efficace du BUGADA.

L’annonce a été accueillie favorablement par les acteurs culturels gabonais, qui espèrent que cette réforme apportera une véritable reconnaissance et une protection accrue de leurs droits. Cependant, les artistes restent prudents et insistent sur la nécessité de voir ces réformes effectivement mises en œuvre. Ils soulignent que les intentions sont louables, mais qu’il faudra veiller à leur application concrète pour ne pas que cette réorganisation reste lettre morte.

Mihi…

Continue Reading

Events

Fally Ipupa et Cie Accusés de Pacte avec le Diable pour leur Succès Durable

Publié le

le

par

Le monde de la musique congolaise est secoué par les récentes déclarations de Reddy Amisi, figure emblématique de la scène musicale, concernant la longévité artistique et le succès. Au cours d’une interview franche sur B-One TV, Reddy Amisi a soulevé des questions sur la durabilité des carrières musicales, suggérant que le succès sur une période de plus de dix ans pourrait être attribué à des pratiques fétichistes.

“Un artiste ne peut pas faire du succès pendant plus de dix ans, au-delà de ça c’est du fétiche”, a déclaré Reddy Amisi, suscitant un débat animé au sein de la communauté artistique congolaise.

Cette affirmation audacieuse a particulièrement attiré l’attention en raison de son implication directe sur des artistes renommés tels que Fally Ipupa, dont la carrière s’étend sur près de deux décennies. Certains soutiennent les propos de Reddy Amisi, affirmant qu’ils révèlent une vérité longtemps cachée dans les coulisses de l’industrie musicale, tandis que d’autres le critiquent, l’accusant de jalousie envers ses collègues aux carrières plus florissantes.

Cependant, au-delà des controverses personnelles, les déclarations de Reddy Amisi ont mis en lumière des questions plus larges sur la nature du succès dans l’industrie musicale et les sacrifices parfois nécessaires pour y parvenir. Il est intéressant de noter que malgré le succès de Reddy Amisi dans les années 90 avec des albums acclamés par la critique, sa carrière n’a pas été aussi prolifique que certains de ses pairs. Certains critiques suggèrent que ses déclarations pourraient être motivées par la jalousie envers ses collègues aux carrières plus durables.

Alors que le débat fait rage, une chose est certaine : les réflexions de Reddy Amisi incitent à une réévaluation profonde des normes et des pratiques de l’industrie musicale congolaise.

Mihi…

Continue Reading