Connect with us

ITW

Ba’ponga : << Je me sentirais mieux avec un environnement culturel mieux outillé >>

Publié il y a

le

par

Les 19, 20 et 21 de ce mois de mai, Ba’ponga va animer un master class qui va se tenir à l’Institut Français. L’événement est à sa quatrième ” édition “. Il est le carrefour où les artistes se rencontrent pour se performer dans la gestion des carrières et la performance scénique. Acteur majeur de cette organisation, Ba’ponga nous en dit un peu plus.

AkumRadio : Depuis 4 ans, vous portez l’idée de développer les carrières et les performances de vos collègues par des participations à vos Master Class. D’où vous est venue l’idée ?

Ba’ponga : Naturellement et peut être inconsciemment j’ai toujours structuré les scènes de RAABOON et D’EBEN FAMILY. À NEGRATTITUDE, j’ai non seulement produit mais surtout encadré, formé et développé des artistes. Donc, je crois que ça ne m’a jamais traversé l’esprit, ça c’est fait naturellement. Comme une mère qui élève son enfant.

AKR : Elle est donc le résultat d’un constat ?

Ba’ponga : C’est plutôt l’ambition de faire évoluer l’acteur culturel et l’industrie culturelle qui m’anime. Je me sentirais mieux avec un environnement culturel mieux outillé.

Image d’archives de Ba’ponga ( master class 2019 )

AKR : Est-ce que les artistes adhèrent à la vision de Ba’ponga ?

Ba’ponga : Vu de là où je suis, c’est timoré de leur côté. Les acteurs culturels veulent évoluer, mais n’adoptent pas le comportement qu’il faut pour évoluer. Ils aimeraient peut-être que les choses changent d’elle-même.

AKR : Après les premières expériences l’heure est peut-être au bilan : peut-on dire que les enseignements du formateur sont aujourd’hui visibles dans les carrières des artistes ?

Ba’ponga : Mes enseignements sont plus que visibles, parce qu’en dehors de former des jeunes proches de moi, j’ai aussi encadré d’autres jeunes et inspiré de par mon comportement plusieurs autres.

AKR : Avec la pandémie ( Covid-19 ) et les restrictions qui en découlent, l’artiste a grandement besoin de se réinventer pour exister. Allez-vous développer un thème en rapport avec cette nouvelle réalité ?

Ba’ponga : Avant de se réinventer, je pense qu’il faut exister. Nous allons commencer par l’essentiel qui est la vie et le comportement. De la conception à l’exposition en passant par la gestion. Ça ne servirai à rien de changer d’itinéraire si à la base on ne sait pas se repérer et s’orienter.

Propos recueillis par Mihi…

Advertisement
Commenter

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

ITW

Omar Defunzu : L’Artiste Polyvalent Dévoile sa Vision Ambitieuse

Publié le

le

par

Depuis ses débuts dans le monde du spectacle, Omar Defunzu s’est imposé comme l’une des figures les plus emblématiques de l’humour en Afrique. Mais ce talentueux artiste gabonais ne se contente pas de faire rire : sa créativité déborde dans les domaines du cinéma et de la musique. Résolu à explorer pleinement ces trois facettes de son art, il lance son projet ambitieux “Defunzu Puissance 3”. Dans cette interview exclusive, Omar Defunzu nous ouvre les portes de son univers artistique et nous dévoile sa vision pour les années à venir.

Akum Radio (AKR) : Bonjour Omar, merci de nous accorder cet entretien exclusif. Tout d’abord, pouvez-vous nous en dire plus sur votre projet “Defunzu Puissance 3” ?

Omar Defunzu (OD) : Bonjour, je suis ravi d’être ici. “Defunzu Puissance 3” est essentiellement un plan de carrière ambitieux où je compte équilibrer mes trois passions artistiques : l’humour, le cinéma et la musique. Mon objectif est de me positionner parmi les meilleurs dans chacun de ces domaines en Afrique d’ici les trois prochaines années.

AKR : C’est une vision très ambitieuse ! Pourquoi avez-vous décidé de mettre en avant ces trois aspects de votre carrière artistique ?

OD : En réalité, ces trois aspects ne sont pas nouveaux pour moi. Depuis mes débuts dans le rire à gogo, j’ai exploré l’humour, le cinéma et la musique. Cependant, j’ai réalisé qu’au fil du temps, j’avais mis davantage l’accent sur l’humour, reléguant le cinéma et la musique à l’arrière-plan. Avec “Defunzu Puissance 3”, je veux rétablir l’équilibre et donner à chacun de ces domaines la même importance dans ma carrière.

AKR : Parlons de vos récents projets cinématographiques, “À la frontière des ténèbres” et “Winner Woman”. Comment ces projets s’intègrent-ils dans votre vision artistique globale ?

OD : Ces court-métrages font partie intégrante de mon projet “Defunzu Puissance 3”. Ils représentent une étape importante dans mon parcours artistique car ils me permettent de passer de l’acteur à réalisateur et scénariste. C’est un défi que je voulais relever pour enrichir mon expérience artistique dans le domaine du cinéma.

AKR : Comment chacun de ces trois aspects (humour, cinéma, musique) enrichit-il votre métier d’artiste ?

OD : Chaque aspect me donne une multitude de possibilités de création et d’enrichissement intellectuel et artistique. Chaque discipline a sa propre particularité, ce qui me permet d’explorer différentes facettes de ma créativité.

AKR : Quels sont les défis et les opportunités que vous rencontrez en jonglant avec ces différentes formes d’expression artistique ?

OD : Les défis sont nombreux, mais je les vois comme des opportunités de croissance. Mon objectif est d’être reconnu comme l’un des meilleurs réalisateurs d’Afrique, tout en continuant à exceller dans l’humour et la musique. C’est un défi que je suis prêt à relever.

AKR : Enfin, quels sont vos projets à venir dans chacun de ces domaines, et comment envisagez-vous de continuer à équilibrer ces trois aspects de votre carrière artistique à l’avenir ?

OD : Mes projets à venir sont nombreux et variés, et ils s’inscrivent tous dans le cadre de “Defunzu Puissance 3”. Je vous invite à suivre mes réseaux sociaux pour en savoir plus. En ce qui concerne l’équilibre entre ces trois aspects, c’est quelque chose que je vais continuer à surveiller de près au cours des trois prochaines années. Après cette période, je ferai une analyse approfondie pour décider de la suite de ma carrière.

AKR : Merci beaucoup Omar pour cet entretien passionnant. Nous vous souhaitons plein succès dans tous vos projets à venir !

OD : Merci à vous, c’était un plaisir.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading

ITW

Nadège Mbadou : << Un concert pour Répondre à la Demande des Fans et Propager l’Amour sur Scène >>

Publié le

le

par


La scène musicale gabonaise s’apprête à briller de mille feux avec l’annonce du concert très attendu de la talentueuse Nadège Mbadou à l’Institut Français le 18 Mai 2024. Après plus de 20 ans de carrière, Nadège Mbadou continue d’enflammer les cœurs de ses fans avec sa musique vibrante et son énergie contagieuse. Akûm Radio a eu le privilège de s’entretenir avec la chanteuse elle-même pour discuter des préparatifs de cet événement tant attendu, des surprises en réserve et de ce qu’elle espère offrir à son public ce soir-là.


Akûm Radio (AKR) : Félicitations pour la sortie de votre nouveau titre “You Me”. Pouvez-vous nous dire si vous prévoyez de le jouer sur scène lors de ce concert ? Quelle place occupe cette chanson dans votre setlist ?

Nadège Mbadou : “Merci pour les félicitations. Oui, “YOU ME” fera partie de notre setlist pour le concert. Nous avons hâte de partager cette chanson avec notre public en live et nous sommes sûrs qu’elle sera un moment fort de la soirée.”

AKR : Avec qui allez-vous collaborer sur scène pour ce concert ? Qu’est-ce que ces musiciens apportent de spécial à votre performance live ?

Nadège Mbadou : “Sur scène, j’ai le plaisir de travailler avec une équipe de musiciens talentueux. Leur énergie et leur passion pour la musique ajoutent une dimension spéciale à notre performance live. Ensemble, nous sommes prêts à enflammer la scène et à offrir une expérience inoubliable à notre public.”

AKR : Pouvez-vous nous révéler quelques moments forts ou surprises que vous avez préparés pour ce concert ? Y aura-t-il des artistes invités pour partager la scène avec vous ?

Nadège Mbadou : “Pour ce concert, nous avons préparé quelques surprises spéciales pour nos fans. Malheureusement, je préfère garder le secret jusqu’au jour J pour que la magie opère pleinement. Quant aux artistes invités, restez à l’écoute pour plus d’informations, car nous pourrions avoir quelques collaborations spéciales en réserve.”

AKR : Billetterie et vente des billets : Les fans sont impatients d’assister à votre concert. Quand les billets seront-ils mis en vente ? Où peuvent-ils se les procurer ?

Nadège Mbadou : “Les billets seront mis en vente très prochainement. Restez à l’écoute sur mes réseaux sociaux et sur le site de l’Institut Français pour toutes les informations concernant la vente des billets.”

AKR : Prix des billets et accessibilité : Le prix d’entrée est fixé à 20.000 FCFA. Pourquoi avoir choisi ce tarif ?

Nadège Mbadou : “Le prix des billets a été fixé pour répondre aux besoins de production du spectacle et à la qualité de l’expérience que nous voulons offrir à notre public. Nous voulons nous assurer que chaque spectateur vive un moment exceptionnel et mémorable lors de notre concert à l’Institut Français.”

AKR : Interprétation des classiques : Vos fans ont grandi avec vos chansons. Comment avez-vous prévu d’interpréter vos classiques pendant ce live ? Les revisitez-vous d’une manière particulière ?

Nadège Mbadou : “Mes classiques ont une place spéciale dans mon cœur, et je suis honorée de les partager avec mon public lors de ce concert. Nous avons prévu de les interpréter d’une manière qui les rendra à la fois familiers et nouveaux, en y apportant une touche spéciale qui les rendra encore plus mémorables.”


Le concert tant attendu de Nadège Mbadou promet d’être une expérience musicale inoubliable, alliant émotion, énergie et passion. Avec un mélange de ses nouveaux titres comme “You Me” et ses classiques bien-aimés, Nadège Mbadou captivera le public de l’Institut Français le 18 Mai. Restez connectés pour plus d’informations sur cet événement exclusif qui illuminera la scène musicale gabonaise.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading

ITW

Jean Ondeno Rebieno : Entre Mélodies et Spiritualité

Publié le

le

par

Dans le monde vibrant de la musique gabonaise, une figure se démarque par son talent exceptionnel et sa connexion profonde avec la spiritualité : Jean Ondeno Rebieno. Né le 10 septembre 1953 à Libreville, ce grand maître de la scène musicale gabonaise a accordé une interview exclusive à AKÛM RADIO (AKR), révélant les facettes captivantes de sa vie et de sa carrière.

Héritage Musical Richement Nourri

Jean Ondeno Rebieno, élevé au sein d’une famille de musiciens, nous plonge dans ses premiers émois musicaux. Découvrant la musique traditionnelle gabonaise, la rumba congolaise, et la diversité musicale capverdienne grâce à son père, musicien polyvalent, il esquisse les racines profondes de son parcours artistique.

AKR : Comment vos débuts dans la musique ont-ils influencé votre parcours artistique ?

Jean Ondeno Rebieno (JOR) : Ma famille a été le creuset de mon initiation musicale. Élevé dans un environnement où résonnaient les mélodies de la musique traditionnelle gabonaise, de la rumba congolaise, et de la diversité musicale capverdienne, j’ai été profondément imprégné de ces influences variées.

Découvertes et Victoires : Triomphe de “DÉCOUVERTES 81”

Les années 1970 marquent le début de la carrière artistique de Jean Ondeno Rebieno, mais c’est en 1981 que son étoile brille intensément. Sa participation au concours “DÉCOUVERTES 81” de RFI le propulse sur la scène internationale, remportant le Grand Prix avec le titre “MBAMBI” et les prestigieux “MARACAS D’OR 81”.

AKR : Moments marquants liés à votre victoire au concours “DÉCOUVERTES 81” et aux Maracas d’Or ?

JOR : Ces succès ont été des tournants dans ma carrière, ouvrant des portes internationales. La victoire m’a permis de m’inscrire à une école de musique à Paris, soutenu par une bourse du Ministère Français de la Coopération.

Dualité entre Musique et Médecine Traditionnelle

En 1985, la vie de Jean Ondeno Rebieno prend un tournant inattendu. Confronté à des problèmes de santé persistants, il se tourne vers la médecine traditionnelle, notamment le BWITI. Bien que cette période ait temporairement suspendu sa carrière musicale, elle a enrichi son parcours d’une dimension spirituelle profonde.

AKR : Qu’est-ce qui a motivé votre transition vers la médecine traditionnelle en 1985 ?

JOR : Des persécutions mystiques m’ont conduit vers le BWITI en 1978-1979, ajoutant une dimension spirituelle à ma vie. Bien que cela ait temporairement freiné ma carrière artistique, cette expérience a enrichi ma créativité.

AKR : Comment le BWÉTÉ a-t-il impacté votre vie personnelle et artistique ?

JOR : Le BWÉTÉ a renforcé ma connexion spirituelle, apportant une profondeur unique à ma musique.

AKR : Comment équilibrez-vous carrière artistique et rôle de Maître Spirituel ?

JOR : L’équilibre demande une gestion minutieuse du temps. Mon engagement spirituel enrichit ma créativité artistique.

Retour Triomphant avec “MBÉLA” et “PARADOXE”

En 1993, Jean Ondeno Rebieno fait un retour triomphant avec l’album “MBÉLA”, marquant ainsi une nouvelle phase dans sa carrière musicale.

AKR : Comment avez-vous vécu le retour à la musique en 1993 avec “MBÉLA” ?

JOR : “MBÉLA” symbolise un retour triomphant après une décennie d’absence due à des problèmes de santé, marquant une renaissance artistique.

AKR : Pouvez-vous partager des détails sur vos autres réalisations musicales après cette reprise ?

JOR : Après “MBÉLA”, j’ai sorti l’album “PARADOXE” en 1995. En 2008, des événements personnels m’ont éloigné temporairement de la scène musicale, mais ma passion persiste.

Annonce du Spectacle et Projet à Venir

AKR : Détails sur le concert du 24 novembre 2023 ?

JOR : Ce concert est un retour dans mes racines, au cœur de mon village. Attendez-vous à être immergé dans les sonorités qui ont marqué des générations. Et oui, des surprises spéciales sont préparées pour rendre cette soirée inoubliable.

AKR : À quoi pouvez-vous vous attendre lors de ce concert, et y a-t-il des éléments spéciaux préparés ?

JOR : Pour l’avant-goût, imaginez une fusion de mélodies emblématiques et de nouvelles créations. Nous avons préparé des éléments spéciaux pour surprendre et émerveiller le public.

AKR : Pouvez-vous nous donner un avant-goût de votre prochain projet musical ?

JOR : Ondeno est un volcan musical en sommeil qui continue de créer en profondeur. Des mélodies à écouter et à partager ne manqueront pas.

Cette conversation avec Jean Ondeno Rebieno nous a plongés dans un voyage musical et spirituel captivant. Son engagement envers la préservation du patrimoine culturel gabonais et son retour sur scène sont des témoignages de sa passion inébranlable. Alors que le concert du 24 novembre promet une célébration immersive, l’avenir musical de Jean Ondeno Rebieno semble être une promesse continue d’innovation et de découverte. En tant que grand maître de la scène gabonaise, il continue d’inspirer, de transcender et de laisser une empreinte indélébile dans le paysage artistique et spirituel.

Propos recueillis par Mihi…

Continue Reading